Mathieu Landriault

 

 

 

 

 

 

 

Department of National Defence – MINDS program

In partnership with the Observatoire des administrations publiques autochtones (OAPA) from École nationale d’administration publique (ÉNAP).

The objective of the project is to compare the strategies put in place by government agencies present in the Arctic region to limit the spread of COVID-19.  These responses deployed and these results obtained in remote communities in Alaska, Greenland and the European Arctic will be compared and contrasted with the approaches implemented in the Canadian North. Particular attention will be paid to the role assigned to the national armed forces as responders of last resort in the management of pandemics and to northern Indigenous communities and their specific needs with regard to the pandemic. The objective will be to identify a set of best practices and lessons learned in order to effectively manage such issues in remote northern regions.The Secrétariat du Québec aux relations canadiennes

The Secrétariat du Québec aux relations canadiennes

In partnership with the Observatoire des administrations publiques autochtones (OAPA) from École nationale d’administration publique (ÉNAP).

This research project aims to study the capacity and interest of local, regional and Inuit administrations and governments to set up a cross-border cooperation forum in the eastern North American Arctic, in order to coherently manage common issues. This project will therefore analyze the mechanisms of cross-border cooperation in the Arctic region between sub-national governments, for example in the Pacific NorthWest Economic Region , the Beaufort Sea Partnership and Euro-Arctic cooperation in the Barents Sea. Then, the researchers will interview the decision makers and leaders, including the Inuit leaders, in four jurisdictions of the eastern Arctic, in order to assess the possibility and the existing obstacles to set up a cross-border cooperation mechanism. Finally, the objective will be to determine the operating modalities of such a mechanism and its capacity to develop a common strategy, with pandemic management as the focal point.

 

In French:

Department of National Defence – MINDS program

En partenariat avec l’Observatoire des administrations publiques autochtones (OAPA) de l’École nationale d’administration publique (ÉNAP).

Le projet a pour objectif de comparer les stratégies mises en place par des agences gouvernementales présentes dans la région arctique afin de limiter la propagation de la COVID-19.  Ces réponses déployées et ces résultats obtenus dans des communautés éloignées en Alaska, au Groenland et dans l’Arctique européen seront comparés et contrastés avec les approches mises en place dans le Nord canadien. Une attention particulière sera accordée au rôle assigné aux forces armées nationales en tant que répondants de dernier recours dans la gestion des pandémies et aux communautés autochtones nordiques et leurs besoins particuliers à l’égard de la pandémie. L’objectif sera de dégager un ensemble de meilleurs pratiques et de leçons apprises afin de gérer de manière efficace de tels enjeux dans des régions éloignées nordiques. 

 

The Secrétariat du Québec aux relations canadiennes

 En partenariat avec le Observatoire des administrations publiques autochtones (OAPA) from École nationale d’administration publique (ÉNAP).

Ce projet de recherche vise à étudier la capacité et l’intérêt des administrations et gouvernements locaux, régionaux et inuit à mettre sur pied un forum de coopération transfrontalier dans l’est de l’Arctique nord-américain, afin de gérer de manière cohérente des enjeux communs. Ce projet va donc analyser les mécanismes de coopération transfrontalière dans la région arctique entre gouvernements infranationaux, par exemple dans le Pacific NorthWest Economic Region, le Beaufort Sea Partnership et la coopération euro-Arctique dans la mer de Barents. Puis, les chercheurs vont interviewer les décideurs et leaders, incluant les leaders inuit, dans quatre juridictions de l’est de l’Arctique, afin d’évaluer la possibilité et les obstacles existants pour mettre sur pied un mécanisme de coopération transfrontalier. Finalement, l’objectif sera de déterminer les modalités de fonctionnement d’un tel mécanisme et sa capacité à élaborer une stratégie commune, avec la gestion des pandémies comme point focal.